16 avril

Occupé occupé occupé. 24 heures mouvementées à bord !

Nous avons commencé notre quart du matin avec le spi Code 3 sur le pont, prêt à décoller. Faire voler un cerf-volant est tout à fait une demande pour nos petites montres, mais nous avons besoin de la puissance et de la vitesse sur notre principal et Yankee sur lesquels nous comptons. 

Tout est correctement branché. Je vérifie que l'écoute paresseuse est au-dessus du beaupré et nous hissons. Premier inconvénient - le point d'amure est autour du corps du cerf-volant. Libération rapide, démêler et continuer. Peut-être un présage des choses à venir...

Le cerf-volant est en place. Le Yankee est largué puis le cerf-volant s'ouvre sur une rafale. Imaginez que votre Corée est soudainement sous tension massivement et se redresse. L'écoute paresseuse tombe sous le beaupré et nous ne pouvons pas la piloter correctement. Une chute s'impose et nous essayons de mettre en place - la feuille paresseuse tire dans l'eau et est vraiment difficile à monter jusqu'à la "boîte aux lettres" de la flèche, puis sur un treuil via un bloc tournant/crochet. Avant que nous puissions moudre le point d'écoute, une autre rafale frappe et le Code 3 donne à notre bateau un énorme câlin, se blottissant contre l'étai intérieur et s'enroulant autour de lui. Plusieurs fois. Une étreinte de groupe avec la trinquette et les drisses Yankee a fini par se rattraper aussi. 

Pour n'importe qui sur notre bateau dans l'étape 1, ce serait une apparence familière avec un ballon au sommet de l'étai intérieur. 

Cette fois, nous avons réussi à récupérer après plusieurs heures. Notre AQP / Mate a passé du temps en altitude à essayer de se détendre la tête après avoir essayé par le bas. L'habillage complexe n'aidait cependant pas. Nous avons empanné et avec un peu de chance l'écharpe s'est un peu déroulée. Tirant sur le point d'écoute et travaillant sur le dessus, avec les drisses déroulées si possible, le cerf-volant a finalement été apprivoisé et amené sur le pont avec seulement une petite déchirure d'un écarteur qui n'a pris qu'une heure à réparer. 

Une matinée assez mouvementée sans problème de froid dû à beaucoup de meulage.

Poséidon m'a cependant extorqué une autre redevance. J'ai perdu mon Spinlock tripping spike/fid en relâchant le kite tack à l'avant du bateau. Il s'est coincé dans la manille à dégagement rapide et en le relâchant à bout de bras, et délibérément non attaché à moi car je n'avais pas voulu me faire prendre, il a vacillé dans ma main et est maintenant au milieu du Pacifique à 5000 m. Profitez de Votre Majesté.

Mers sûres.