Course 11 Jour 3 - Réflexions

Il a fallu quelques jours pour traverser Puget Sound et le détroit de Juan De Fuca au départ de Seattle.

Entre les exercices d'entraînement et l'inévitable pratique de l'homme à la mer, il est temps de discuter et de réfléchir à notre escale. Certes, aux premières heures du 2 mai, quand il n'y a presque pas de vent et que la mer est un étang ; reflets de toutes sortes.

Une escale plus courte que prévu, mais pour notre équipage, beaucoup a été fait à bord et autour de la ville. Les vues ont été vues et l'entretien est fait. Prêt pour la course sur la côte ouest. C'était formidable de croiser à nouveau certains des invités de Fisheries Supply le jour de la voile de Marlow alors que nous partions et de voir leur bateau aider à organiser le défilé de voiles. 

Je leur avais rendu visite quelques jours plus tôt, juste après l'une des plus grandes chandleries que je connaisse, mais ensuite pour visiter l'entrepôt et l'automatisation récente était impressionnante. Vraiment intéressant à voir et une journée très mémorable pour moi. J'ai bien sûr profité de l'occasion pour obtenir quelques morceaux, dont un pic Tylaska.

Au départ - une flotte bien alignée pour Le Mans et nous étions partis. Nous étions prêts et nous nous déplacions en une fraction de plus d'une minute et demie. Notre tactique était en place puis un changement de vent, la flotte a commencé à ouvrir les spinnakers et notre plan de voile blanche a rapidement changé, et le code 1 a été volé alors que nous atteignions notre position au vent. Une vue assez époustouflante, tous les bateaux à une courte distance battant un mélange de spinnakers Code 1 et Code 2. Le vent forçait un peu mais bien dans les limites. Quelques heures seulement et sans avertissement ni flagellation, la tête de code 1 déchire presque tout le long, puis descend la lixiviation à quelques mètres du point d'écoute. Toutes les mains ont été appelées et nous avons récupéré la voile en un seul morceau à bâbord. Regroupé en bas, puis c'était avec le code 3, et nous y sommes allés. Je vois devant nous une grosse réparation de voile et des rappels de mon Etape 2 et du temps passé en dessous, des souvenirs et des réflexions encore. 

Depuis, nous sommes restés au près et avons poussé fort. Nous avons lancé les dés et croisé les doigts. Les trous de vent me permettent de jouer avec le sextant, puis contre le vent et un talon stable des plats-bords dans l'eau sur les deux bords au fur et à mesure que les systèmes météorologiques passent. À certains égards, le talon est plus facile que de se balancer lorsque vous cuisinez - vous savez où les choses vont rester. Bien que j'aie eu de la chance tout au long de la course et que je n'ai pas (encore) eu le mal de mer, certains membres de l'équipage trouvent le temps en dessous assez difficile, mais cela s'installe maintenant que nous sommes à 4 jours de la course proprement dite, 7 depuis le départ.

Nous avons eu deux nuits d'étoiles fabuleuses et nous en attendons plus alors que nous nous dirigeons rapidement vers le sud et que le temps se réchauffe. Des cieux sombres comme nos ancêtres et prédécesseurs de la voile l'ont vu. C'est assez difficile d'imaginer comment ils ont navigué sans que les satellites omniprésents ne passent. Bientôt, nous aurons plus de lune, la rivière de la lune et des étoiles à suivre. Nous ne pouvons pas attendre.